Pré-sessions

Historique et objectifs

Le programme des pré-sessions a commencé au début du deuxième cycle de l’EPU en 2012. Ayant constaté que la participation de la société civile à l’EPU était limitée, nous avons décidé d’organiser les pré-sessions avec deux objectifs. Tout d’abord, les pré-sessions offrent aux organisations de la société civile (ONG) et aux Institutions nationales des droits de l’homme (INDH) une plateforme internationale à travers laquelle elles peuvent présenter aux États leurs priorités et préoccupations en amont de l’examen de leur gouvernement. Les pré-sessions sont également l’opportunité pour les missions permanentes de récolter des informations sur la situation des droits humains dans les futurs pays examinés. L’objectif final de ces pré-sessions consiste à s’assurer que les recommandations faites lors de l’examen d’un pays soient précises et cohérentes vis-à-vis de la situation dans les pays.

Participation

Tout au long des sessions (13 à 26) du deuxième cycle de l’EPU, les pré-sessions ont réuni plus de 700 ONG et INDH. En plus de la forte participation des orateurs, la réussite des pré-sessions se mesure également à la quantité des missions permanentes présentes. Depuis 2012, 150 missions ont assisté aux pré-sessions pour écouter les témoignages de défenseurs des droits humains du monde entier.
 
Jusqu’à ce jour, UPR Info a organisé des pré-sessions sur 149 pays.
  
Pour en savoir plus sur l’historique des pré-sessions et comment participer, consultez notre dernière publication Les Pré-sessions d’UPR Info: Amplifier les vois des défenseurs des droits humains.

Prochaine série de pré-sessions

Suivez ce lien pour en savoir plus sur la prochaine série de pré-sessions.

Format et sélection des orateurs

La pré-session pour chaque État examiné dure une heure. Les INDH et ONG disposent chacune d’un temps de parole de 5 à 7 minutes pour partager leur bilan de la situation des droits humains dans le pays examiné et des progrès parcourus par l’État dans la mise en œuvre des recommandations. Une fois que tous les orateurs ont fini leur présentation, le modérateur donne la parole aux missions permanentes présentes dans la salle pour poser des questions aux panelistes.
Le temps disponible étant limité, il n’est pas possible de donner la parole à toutes les organisations qui postulent. Des critères objectifs de sélection ont été mis en place depuis 2012 afin de donner la priorité aux organisations suivantes : 
 

  • Organisations Nationales, car elles garantissent la représentation des voix locales au niveau international ;
  • Coalitions Nationales, car elles profitent des connaissances de chacun de ses membres. Elles peuvent de plus aborder un spectre plus large de violations des droits humains dans le pays;
  • Organisations ayant présenté un rapport à l’EPU; La société civile doit en effet remettre son rapport au Bureau du Haut-commissariat aux droits de l’homme environ sept mois avant la date de l’Examen. Lors de l’élaboration du rapport EPU, les ONG développent une expertise précise sur les questions de droits humains dans le pays. D’autre part, il y a plus de chances que les ONG qui se sont déjà engagées à ce stade restent impliquées dans l’EPU de manière pérenne et pour les années à venir.
  • Organisations représentant la palette la plus large possible des différentes thématiques des droits humains. Les thématiques sur lesquelles les ONG souhaitent prendre la parole doivent être suffisamment diverses pour pouvoir refléter les aspirations diverses de la population; et
  • Assurer une perspective de genre pour chaque pré-session et si possible obtenir la parité parmi les orateurs. 



Les ONG du Zimbabwe discutent de la situation des droits humains lors de la pré-session de leur pays (octobre 2016)

Calendrier de participation aux pré-sessions

  

Contact

Pour toute question à propos des pré-sessions, n’hésitez pas à contacter:
Mme Aoife Hegarty
Responsable du Programme des pré-sessions
E: presessionsupr-info.org; a.hegartyupr-info.org
Tel.: +41 22 321 77 70
Twitter: #presessions


Les pré-sessions de l’EPU sont possibles grâce à l’appui d’Irish Aid, du Département Férédal Suisse des Affaires Étrangères, du Canton de Genève, de la Ville de Genève, et de l’Organisation Internationale de la Francophonie.