Programme des opérations sur le terrain

ICP Collage 3

Introduction

Le Programme opérations sur le terrain est le programme opérationnel d'UPR Info.  Son objectif principal est de soutenir la mise en œuvre des obligations et engagements en matière de droits humains de pays cibles et cela, tout au long du processus de l’EPU. Dans cette veine, nous renforçons le dialogue entre diverses parties prenantes nationales afin d’assurer le suivi des recommandations de l'EPU et leur mise en oeuvre.  

UPR Info soutient plusieurs pays d’Asie et d’Afrique au cours du cycle de l'EPU. Les bénéficiaires de ces efforts sont des organisations de la société civile (OSC), des institutions nationales des droits de l’homme (INDH), des parlementaires, des fonctionnaires des gouvernements, des magistrates,  des étudiantes et des représentantes des médias. Notre programme encourage  les processus d'appropriation à l’échelle locale et suit une approche fondée sur les droits humains. Il a été conçu pour s'adapter tant aux besoins des parties prenantes nationales qu’au contexte de pays cible. 

Nous avons identifié cinq points d'entrée dans le calendrier de l'EPU qui permettent de s'engager dans le mécanisme de manière efficace :

National focus

This component aims to increase the quality of engagement of all UPR stakeholders in target countries along the UPR process and to facilitate a dialogue among national stakeholders on the monitoring, follow-up, and implementation of UPR recommendations.

Regional focus

The regional component will foster peer-to-peer collaboration among countries in the same geographical region, creating a positive dynamic for enhanced human rights respect. Its actions aim to reinforce cooperation, and share knowledge, and best practices in addressing gaps in the monitoring and implementation of UPR recommendations.

Programme opérations sur le terrain: Cinq points d'entrée

ICP 5 steps V2_FR by UPR Info Interns

Les objectifs stratégiques du programme

Objectif 1

Augmenter la qualité de l’information sur les progrès et défis liés à la mise en œuvre des recommandations de l'EPU au sein des pays cibles.

Objectif 2

Susciter le dialogue entre diverses parties prenantes sur la situation des droits humains au niveau national par le biais du mécanisme de l'EPU.

Où travaillons-nous?

Pour plus d'informations sur l'EPU et les pays sur lesquels nous travaillons, vous pouvez visiter notre rubrique pays cible.

In Africa

Congo (Democratic Republic)
  • Step 1 – July 2018
  • Step 2 – February 2019
  • Step 3 – August 2019
  • Step 4.1 – November 2019
  • Step 4.2 – October 2021
South Africa

 Step 1 – February 2022

Guinea
  • Step 1 – May 2019
  • Step 2 – October 2019
  • Step 3 – December 2020
Togo
  • Step 1 – April-July 2021
  • Step 2 – October-November 2021
Cote D'Ivoire
  • Step 1 – August 2018
  • Step 2 – February 2019
  • Step 3 – July 2019
  • Step 4.1 – September-October 2019
  • Step 4.2 – September 2020 and August-October 2021
  • Step 5 – October 2021

En Asie

Bangladesh
  • Étape 5 – Janvier 2020
  • Étape Pre-1 – 2022
Cambodge
Géorgie
  • Étape 1 – Janvier 2020
  • Étape 2 – Octobre-Novembre 2020
  • Étape 3 – Décembre 2021
Kirghizstan
  • Étape 1 – Avril 2019
  • Étape 2 – Octobre-Novembre 2019
  • Étape 3 – Décembre 2020
  • Étape 4.1 – Octobre 2021
Népal
  • Étape 1 – Février 2020
  • Étape 2 – Octobre 2020
  • Étape 3 – Décembre 2021

Ce que nous réalisons

  • La participation des acteurs régionaux : notre programme s’adresse à des représentant·e·s régionaux afin d'assurer une participation efficace et durable à l'EPU. Cela a été réalisé dans des pays tels que le Bangladesh, la Côte d'Ivoire, la Guinée, la République démocratique du Congo (RDC), le Kirghizistan, le Maroc et le Népal. 
  • L’engagement avec les parlements : suite à des rapports soulignant l'importance d'impliquer les parlements dans le processus national de l'EPU, notre programme tend la main aux acteurs parlementaires dans les pays où nous opérons. De plus, les parlements de Côte d'Ivoire, de la RDC, de Jordanie et du Togo ont été impliqués dans certaines activités et sessions de renforcement des capacités que nous organisons.

     
  • Une approche inclusive : nous encourageons les initiatives et plans à multiples parties prenantes qui contribuent à renforcer la confiance et à prouver la valeur ajoutée de la coopération. Cette approche a notamment été mise en œuvre avec succès dans des pays comme le Bangladesh, la Côte d'Ivoire, la RDC et le Kenya, où des représentant·e·s du gouvernement, des OSC et des INDH se sont réunis pour discuter de stratégies de mise en œuvre.
  • Un plaidoyer efficace : nos activités de renforcement des capacités se concentrent sur l'optimisation du plaidoyer à travers l'EPU. Ainsi, les OSC et les INDH nationales formulent des recommandations lors de pré-sessions dans les pays cible afin d'informer le Groupe de travail de l'EPU.  Certaines recommandations émises par des OSC et INDH ont été mises en œuvre. Nous pouvons mentionner ici les efforts des OSC et des INDH en Géorgie, au Cambodge, en Côte d'Ivoire, en RDC et au Népal.

     
  • Renforcement des capacités des INDH : toutes les INDH avec lesquelles nous collaborons ont participé activement à l'EPU, avant l'examen et à mi-parcours, à la fois en soumettant des informations et/ou en initiant des consultations. L'acquisition d'un statut A par certaines institutions révèle l'impact de cet engagement. A ce propos, nous pouvons mentionner le travail d’INDH au Bangladesh, en Côte d'Ivoire, en RDC, en Guinée et en Nouvelle-Zélande.

Testimonies

Murat Karypov Deputy Director - “Nash Vek” Bishkek

"The objective is to submit one report containing views from all regions of Kyrgyzstan. Having more CSOs trained on the UPR would be useful for exchanging important information on the human rights situation in the country." 

Urantsooj Gombosuren, Chairperson, Centre for Human Rights and Development- Mongolia

“It was the very first, real high-level meeting in which the high-level government participated the whole day. We never experienced such a serious commitment from them before. (...) Civil society needs to continue engaging with relevant government ministries and parliamentarians ahead of the next review to address implementation gaps.”

Jemima Mbuyi AOT-DRC 

“I find it important, as a member of civil society, to go and talk to parliamentarians in the context of the implementation of the UPR, especially in terms of advocating for the adoption of a law or an amendment to the law.”

Pour plus d’information, veuillez contacter icp@upr-info.org.