Brèves

  • UPR Info publie le premier Guide de l'EPU pour États examinateurs

    UPR Info a le plaisir de vous présenter le premier "Guide de l'EPU pour États examinateurs" (EN, FR).

    Le but de ce guide est de fournir aux missions permanentes et ministères des affaires étrangères les outils nécessaires afin de leur permettre un plein engagement, en tant qu'États examinateurs, à toutes les étapes de l'examen périodique universel. Publié grâce au soutien du gouvernement australien, ce guide présente des informations concrètes sur comment s'engager à l'EPU ainsi que des bonnes pratiques en terme de rédaction de recommandations précises et de suivi des recommandations d'un cycle à l'autre de l'EPU. 

  • Une action spécifique est à l'ordre du jour lors de la 20ème session

    La 20ème session du groupe de travail de l'EPU, qui s’est tenue en octobre / novembre 2014, a été marquée par un engagement notable sur la situation des droits humains dans les 14 États examinés: l'Angola, la Bolivie, la Bosnie-Herzégovine, l'Égypte, El Salvador, Fidji, la Gambie, l'Iran, l'Irak, l'Italie, le Kazakhstan, Madagascar, Saint-Marin, et la Slovénie.

    2’768 recommandations ont été faites au total, plaçant la session 20 parmi les trois premières du deuxième cycle en termes de recommandations émises. De manière significative, la qualité des recommandations de la 20ème session était la plus haute du deuxième cycle. En effet, plus d'une recommandation sur trois - 1004 en tout - était « spécifique »,  permettant ainsi un suivi plus facile - une formulation fortement encouragée par UPR Info.

  • Le Président du CDH réaffirme le rôle essentiel des CNDH et la société civile

    Le 26 Juin 2015, le Président du Conseil des droits de l'homme (CDH), M. Joachim Rücker, a réitéré «l'importance de préserver la nature coopérative, inclusive et transparente de l'EPU, [notamment] la participation de la société civile ». La déclaration a été prononcée à l'ouverture du débat général sur l'EPU (point 6), lors de la 29ème session du CDH. Le Président a rappelé la résolution 16/21, qui rejette fermement tout acte d'intimidation ou de représailles contre les individus et les groupes qui coopèrent avec l'Organisation des Nations Unies (ONU) en matière des droits humains. À cet égard, il a exhorté les États «à prévenir et à assurer une protection adéquate contre de tels actes». Soulignant la gravité de la situation, il a fait remarquer qu'il «suivrait avec les États concernés afin de veiller à ce que les acteurs de la société civile soient en mesure de coopérer avec les mécanismes des droits humains sans crainte d'une menace.» La déclaration du Président est disponible sur le webcast.
     
  • Le programme est maintenant disponible pour la prochaine série de l'EPU pré-sessions

    UPR Info organise actuellement sa 11ème série de pré-sessions entre les organisations de la société civile, les institutions nationales et les missions permanentes pour discuter de la situation des droits de l'homme des États qui seront examinés lors de la 23ème session du groupe de travail de l'EPU (2-13 novembre 2015): l’Australie; l'Autriche; la Géorgie; le Liban; la Mauritanie; la Micronésie; le Myanmar; le Nauru; le Népal; l’Oman; le Rwanda; Saint-Kitts-et-Nevis; Sainte-Lucie; et Sao Tomé-et-Principe.

    Les pré-sessions réunissent les missions permanentes, les Institutions Nationales des Droits de l’Homme (INDH) et les Organisations non-gouvernementales (ONG) pour discuter de la situation des droits humains des États, un mois avant l’examen formel à l’EPU. Les pré-sessions offrent aux délégations permanentes la possibilité d’être informées sur l’état de la mise en œuvre des recommandations formulées lors de l’examen précédent, tout en offrant un espace à la société civile pour informer un grand nombre de délégations sur leurs besoins et la situation sur le terrain.

  • Guinée-Bissau absente de l'adoption de son propre rapport de l'EPU

    La Guinée-Bissau était absente de l'adoption de son rapport de l'EPU du deuxième cycle à la 29ème session du Conseil des droits de l'homme (CDH), le 25 juin 2015. Le président du CDH a présenté une déclaration envoyée au nom de l'État, dans lequel la Guinée-Bissau avait soulignée son acceptation de 147 recommandations sur les 151 reçus.                               
                                                                                              

Pages