Une nouvelle série de pré-sessions à succès - l'EPU 19 est déjà sur les rails

Plus de 40 ONG ont présenté la situation des droits humains dans 9 pays devant la communauté diplomatique au cours des pré-sessions à l'Examen périodique universel qui se sont tenues à Genève du 8 au 10 avril 2014. Les réunions ont été organisées à l'approche de l'examen de ces pays dans le cadre de la 19ème session du Groupe de travail de l'EPU (du 28 avril au 9 mai 2014). Il s'agissait de la première série de pré-sessions organisées par UPR Info en 2014.

Les pré- sessions d'avril ont été un succès avec une moyenne de 32 diplomates pendant une période de trois jours. Ce nombre démontre l'importance des pré-sessions d'UPR Info pour le processus de l'EPU. Elles fournissent une plate-forme unique de dialogue et d'interaction. Elles ont formé la septième série de pré-sessions organisées par UPR Info depuis 2012. Plus de 360 ​​organisations ont déjà pris part aux pré-sessions, dont 220 en provenance directe des pays et ont pu partager des informations-clé du terrain avec les diplomates.

À cet égard, Mme Astrid Tambwe, de l'organisation Groupe Thématique Droits de La Femme et Violences sexuelles en République démocratique du Congo, a déclaré que : «... Les pré-sessions nous permettent de présenter la situation dans notre pays à un large public d'importance et d'atteindre les décideurs au niveau international qui sont ceux pouvant influer sur les recommandations et le processus de mise en œuvre... "

Les pré- sessions d'avril ont démontré une fois de plus que ces réunions constituent une occasion importante de réunir, dans un forum unique de dialogue, la société civile, les institutions nationales et les missions diplomatiques pour discuter de la situation des droits de l'homme des Etats un mois avant leur examen. Cette fois, les discussions ont portées sur ​​les Etats suivants : Albanie, Côte d'Ivoire, la République populaire démocratique de Corée, République démocratique du Congo, la Guinée équatoriale, l'Ethiopie, la Norvège, le Nicaragua et le Qatar.

Les pré-sessions ont comporté des présentations réalisées par des représentants d'ONG et d'institutions nationales, et ont été suivies de discussions sur l'état de mise en œuvre des recommandations formulées au cours du premier cycle de l'EPU. Un certain nombre de questions urgentes relatives aux droits de l'homme ont été portées à l'attention des diplomates, comme la liberté d'expression et de rétrécissement de l'espace de  la société civile en Éthiopie ; droits des femmes et des populations autochtones de l'homme dans la République démocratique du Congo ; droit à l'avortement et les droits civils et politiques au Nicaragua ; INDH, la torture et l'impunité en Côte d'Ivoire ; la liberté d'expression et les droits des autochtones en Guinée équatoriale ; droit à l'éducation, la torture et les droits des enfants en Albanie ; les Roms, les réfugiés et l'INDH en Norvège ; les droits des femmes et la peine de mort en République populaire démocratique de Corée; la torture, les travailleurs migrants et les droits des enfants au Qatar.

Les pré-sessions veillent à ce que les principales préoccupations des acteurs de la société civile soient abordées en vue de l'EPU. Des organisations nationales du terrain, des défenseurs des droits de l'homme ainsi que des ONG internationales comme Human Rights Watch, Save the Children, ou Reporters sans frontières, ont partagé avec les diplomates des évaluations sur la situation réelle des droits de l'homme dans les États, soulignant les principaux développements et les défis. Ainsi, M. HIEN Sansan Claude, travaillant chez Action Pour la Protection des Droits de l'Homme en Côte d'Ivoire, a commenté l'occasion de rencontrer des diplomates: "... Nous pensons que les pré-sessions vont vraiment nous aider à effectuer un changement positif dans notre pays..."

Nous nous réjouissons de poursuivre notre de facilitateur entre tous les acteurs de l'EPU pour la 20ème session de l'EPU plus tard cette année.