Les déclarations et recommandations communes exclues de l’EPU

Lors d’une déclaration faite à la 18ème session de l’EPU, le Président du Conseil des droits de l’homme, S.E. M. Baudelaire Ndong Ella, a exclu l’utilisation de déclarations communes et recommandations communes à l’EPU.

Basant sa clarification sur le "paquet institutionnel ainsi que selon la pratique établie tout au long du premier et deuxième cycle", M. Ndong Ella a rappelé aux États que "les interventions faites et les recommandations présentées ont un caractère exclusivement et éminemment bilatéral" et a invité les délégations à "continuer à respecter ces pratiques bien établies".

Cette intervention est survenue suite aux tentatives du Costa Rica de s’associer aux recommandations faites par le Botswana et l’Uruguay sur la Nouvelle-Zélande et le Chili respectivement et à la déclaration faite par le Congo sur la Macédoine. En accord avec les principes rappelés par le Président, le Costa Rica n’est donc mentionné dans aucun des trois rapports du groupe de travail et les recommandations sont attribuées uniquement au Botswana, Uruguay et Congo.

Il s’agit de la première fois qu’un pays cherche à s’associer à un autre pays dans le cadre d'une déclaration commune à l’EPU. UPR Info se félicite de la clarification du Président et en appelle à tous les États à préserver l’aspect bilatéral de l’EPU.