Le Myanmar rejette 22 recommandations qui "enfreignent leur droit souverain"

La délégation du Myanmar a rejeté mercredi 8 juin 22 recommandations qu’elle considérait comme enfreignant leur droit souverain.

Le Myanmar a été examiné à l’examen périodique universel le 27 janvier 2011 et a reçu à ce titre 190 recommandations. Lors du groupe de travail, la délégation avait acceptée 74 recommandations et en avait rejeté 70. Pendant l’adoption du rapport du groupe de travail par le Conseil des droits de l’homme, elle clarifia sa position sur les 46 restées en suspens: 4 furent acceptées, 5 acceptées en partie, 12 reçurent des réponses pas claires, 8 furent placées "sous considération sérieuse" et les 22 autres recommandations ne recueillirent pas leur appui car "elles enfreignent leur droit souverain".

Avant le Myanmar, le Pakistan et l’Iran avaient rejeté des recommandations qu’ils considéraient comme n’étant pas "conformes aux lois, promesses et engagements existants".

La référence à la législation nationale contredit l’article 27 de la Convention de Vienne sur le droit des traités qui stipule qu’“une partie ne peut invoquer les dispositions de son droit interne comme justifiant la non-exécution d’un traité".

 
Lire la déclaration de la délégation du Myanmar ici