Le débat général sur l’EPU de plus en plus utilisé pour faire part des progrès réalisés sur le suivi

Le 9 Juin, le Conseil des droits de l’homme (le Conseil) a tenu un débat général sous le point 6 de son agenda sur l’Examen périodique universel. La moitié des États et des ONG qui ont pris la parole ont partagé les progrès réalisés par leur pays dans la mise en œuvre des recommandations de l’EPU. La Suisse a présenté un rapport écrit tandis que l’Azerbaïdjan, la Chine, la Colombie, l’Espagne, le Forum asiatique pour les droits de l’homme et le développement et la Commission colombienne des juristes ont effectué des mises à jour orales. Un autre thème souvent abordé lors de ce débat fut le suivi de la révision du Conseil sur l’EPU sur lequel le Conseil devait prendre une décision.

Sur la question du suivi de la révision du Conseil sur l’EPU, la Hongrie, au nom de l’Union européenne (UE), et la République de Moldova ont exprimé leur soutien au projet de décision présenté par le Président du Conseil. Ils ont tous deux salué le fait que le deuxième cycle portera notamment sur la mise en œuvre des recommandations acceptées et les nouveaux développements ainsi que l’importance du rôle de la société civile dans le processus et le rôle accru des institutions nationales des droits de l’homme. La République de Moldova a également soutenu l’extension de la durée du groupe de travail.

Concernant les rapports à mi-parcours, la République de Moldova a déclaré que leur présentation apportait de la transparence au processus, tandis que la Hongrie, au nom de l’UE, a déclaré qu’ils contribuaient de manière significative au processus. En ce sens, l’Azerbaïdjan a annoncé sa décision de soumettre au Conseil un rapport à mi-parcours dans les prochains mois.

Concernant le second cycle de l’EPU, la Norvège a estimé qu’à la fin de chaque examen, les États devraient présenter une liste consolidée de leurs réponses finales à toutes les recommandations.

Le Canada a pris la parole pour présenter un événement parallèle qu’ils avaient organisés la veille sur le suivi au cours duquel les délégations de Maurice, Mexique, Sénégal, Jordanie et Canada ont présenté leurs progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations reçues lors de la quatrième session de l’EPU en février 2009. Le délégué a remercié les délégations et les ONG pour leur participation à l’événement et ont déclaré avoir bénéficié d’un tel dialogue.

La National Association of Community Legal Centres et le Human Rights Law Centre ont fait des recommandations concernant les actions à entreprendre pour assurer une mise en œuvre et un suivi effectif sur le terrain: premièrement, investir des ressources financières et humaines, deuxièmement, engager un dialogue continu avec la société civile, troisièmement, diffuser les recommandations, notamment en soumettant le rapport du groupe de travail au Parlement et en créant un site Web contenant des informations sur la mise en œuvre, quatrièmement, fournir des réponses claires aux recommandations et présenter un rapport à mi-parcours et, cinquièmement, établir un plan de mise en œuvre. 

Par ailleurs, l’orateur souligna le rôle crucial joué par les ONG telles que le Service International des Droits de l’Homme et UPR Info en aidant les ONG nationales à s’engager dans le processus.