La Suisse soulève un point d’ordre pour demander des réponses aux recommandations

La Suisse a soulevé un point d’ordre hier lors de l’adoption du rapport du groupe de travail sur Djibouti en session plénière du Conseil des droits de l’homme (le Conseil). La déléguée de la Suisse demanda à Djibouti de donner une réponse aux recommandations en suspend.

Dans le rapport du groupe de travail, Djibouti classe les recommandations en trois catégories : celles acceptées, celles rejetées et celles auxquelles la délégation apportera des réponses lors de la session plénière du Conseil en juin. Selon la résolution 5/1, a rappelé la Suisse, l’État examiné doit indiquer les recommandations acceptées et les autres « seront notées ». La Suisse demanda ainsi à Djibouti de clarifier si les huit recommandations en suspend sont acceptées ou « notées ». En réponse, le chef de la délégation indiqua que ces recommandations étaient notées et que des réponses y seront apportées plus tard. Il promit également de tenir le Conseil informé de la mise en œuvre des recommandations acceptées.