La société civile marocaine s'engage pleinement pour le suivi de l'EPU

Du 29 juin au 2 juillet 2017, UPR Info a co-organisé un atelier de stratégie EPU avec la coalition nationale de la société civile marocaine, Groupe de Travail EPU Maroc. L'atelier, organisé dans la région de Khémisset, a réuni une cinquantaine d'ONG pour discuter du processus national de l'EPU et de la manière dont la société civile pourrait contribuer positivement à la réalisation des recommandations.
 

L'événement a été honoré par la participation de Mme Sibylle Obrist, conseillère à l'ambassade de Suisse au Maroc, qui a contribué le discours d'ouverture lors de la cérémonie d'ouverture. Mme Obrist a souligné le partenariat entre la Suisse et le Maroc pour soutenir l'avancement des droits humains et le renforcement des mécanismes internationaux, en particulier l'EPU. Elle a en outre salué le rôle crucial de la société civile dans la réalisation intégrale de l'EPU, notamment sa contribution clé pour soutenir la mise en œuvre des recommandations. Mme Obrist a également discuté l'EPU de la Suisse, qui aura lieu en novembre 2017, en particulier comment l'État a beneficié de la contribution de la société civile émise lors de la consultation nationale. Mme Obrist a conclu son discours en louant l'énergie et l'engagement de la société civile marocaine dans le troisième EPU du pays. En effet, la Suisse est un partenaire clé de l'UPR Info au Maroc pour soutenir une coopération à plus long terme entre toutes les parties prenantes tout au long du cycle de l'EPU.

Après l'ouverture de l'événement, UPR Info a fourni aux participants un récapitulatif sur les modalitiles de l'EPU ainsi que les détails du troisième examen du Maroc. Suite à cette contextualisation, les jours suivants ont été divisés en deux phases de l'atelier. Le premier atelier a porté sur l'élaboration de plans de mise en œuvre, par lesquels les participants de la société civile ont travaillé dans des groupes thématiques pour identifier les efforts préférés que le gouvernement entreprenrdait pour la réalisations des recommandations. Les cinq groupes thématiques se sont concentrés sur les questions suivantes: droits civils et politiques; droits économiques, sociaux et culturels; droits des femmes; droits de l'enfant; et droits des personnes en situation vulnérable. Ce dernier groupe a été divisé en trois sous-groupes de détenteurs de droits: les personnes en situation de handicap; réfugiés et demandeurs d'asile; et lesbienne, gay, bisexuelle, trans, intersex, queer et autres (LGBTIQ +). Au cours de cette discussion, chaque groupe a également identifié les indicateurs qu'ils pourraient utiliser pour mesurer le niveau de mise en œuvre des recommandations telles que: diminution du taux d'abandon scolaire; augmentation de l'allocation budgétaire pour les droits humains en vertu de la loi financière, etc.

La deuxième phase de l'atelier a impliqué les mêmes groupes pour qu'il puissent attirer leur attention sur l'élaboration des plans d'action stratégique. Cette discussion s'est concentrée sur les différentes activités dont la société civile pourrait entreprendre afin de soutenir le gouvernement dans la mise en œuvre des recommandations. Il s'agissait également d'une discussion sur les différents partenaires qui pourraient contribuer davantage à la réalisation des recommandations tels que l'institution nationale des droits de l'homme, les journalistes, les États examinateurs, etc.

L'atelier s'est terminé par l'adoption d'une Charte déclarative, convenue par tous les participants, qui décrivait leur envie d'engagement dans le cadre du troisième cycle de l'EPU du Maroc. Ils ont déclaré leur volonté d'entreprendre des activitiés divers pour accomplir cet but, y compris: la sensibilisation du public à l'EPU en diffusant les recommandations; mener des recherches sur les domaines thématiques des recommandations; et s'engager avec les ministères du gouvernement et d'autres autorités compétentes pour discuter des recommandations en détail.

Le rapport de l'EPU de Maroc sera adopté lors de la 36e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU en septembre 2017, au cours de laquelle l'État donnera sa position sur les 244 recommandations qu'il a reçues. UPR Info espère de poursuivre son engagement avec le Maroc après l'adoption, en collaboration avec l'État et les organisations de la société civile pour soutenir leurs efforts dans la mise en œuvre des recommandations.

La charte déclarative, adoptée par les participants, est disponible en version française et arabe