L’Arabie Saoudite réussit à faire effacer une référence au statut de Rome dans une recommandations

A la suite de son EPU qui s’est tenu le 21 octobre 2013, l’Arabie Saoudite s’est engagée dans d’intenses négociations avec les États pour modifier la formulation des recommandations reçues et a obtenu le retrait d’une mention du statut de Rome dans une recommandation faite par la Tunisie.

Le Royaume-Uni, l’Allemagne, les États-Unis, la France, l’Irlande et l’Estonie ont pris la parole lors de l’adoption du rapport EPU de l’Arabie Saoudite le vendredi 25 octobre afin de critiquer cette pratique de négocier le contenu des recommandations. Le Royaume-Uni, l’Irlande et l’Estonie ont en particulier dénoncé la disparition de la référence au statut de Rome.

L’Allemagne, l’Irlande et l’Estonie ont, à ce titre, rappelé le contenu de la lettre du Président du Conseil des droits de l'homme publié le 18 septembre qui stipule que les recommandations faites lors de l’examen doivent être reflétées fidèlement dans le rapport EPU.

Le Royaume-Uni, l’Allemagne, les États-Unis, la France, l’Irlande et l’Estonie ont, de plus, regretté que ces négociations furent menées par l’Arabie Saoudite directement avec les États, au lieu de passer par la troika qui a la responsabilité de rédiger le rapport EPU.

Webcast ici