Haïti donne l'exemple à l'EPU

Au cours de la vingt-septième session du Groupe de travail sur l'EPU, Haïti a donné un grand example de bonnes pratiques à l'EPU en se référant aux recommandations formulées lors d'examens antérieurs, y compris par d'autres États.

En mai 2017, les premiers examens du 3ème cycle ont débuté, au cours desquels les situations de droits humains de 14 Etats ont été discutées. Ce cycle, qui vise à se concentrer davantage sur la mise en œuvre et l'évaluation des recommandations antérieures, a ainsi commencé sur une bonne note, avec Haïti prenant l'initiative de donner l'exemple à d'autres États examinateurs.

La majorité des recommandations faites par Haïti à cinq des États examinés lors de la 27ème session a inclu les mots "Suivi des recommandations précédentes". Bien que de nombreux États citent déjà des recommandations antérieures faites par eux-mêmes dans les cycles précédents, le mouvement d'Haïti était sans précédent, car il ne se référait pas seulement à ses propres recommandations, mais aussi à celles faites par d'autres États. Un exemple de l'approche suivi se voit dans recommandation n° 162 suggérée au Maroc: "Dans le prolongement des recommandations 129.98, 129.102, 129.111, 129.116, 129.117 et 130.9 du deuxième cycle, augmenter les investissements dans l'éducation publique en vue d'augmenter les salaires des enseignants et d'introduire des professionnels et des programmes de formation technique" (A/HRC/WG.6/27/L.4). Ces chiffres renvoient aux recommandations formulées lors du 2ème EPU du Maroc par respectivement la Thaïlande, Chine, Qatar, Azerbaïdjan, Biélorussie et les Emirats Arabes Unis. 

Haïti a formulé des recommandations similaires à quatre autres États, à savoir le Brésil, l'Équateur, la Pologne et le Royaume-Uni.

UPR Info se félicite de cet exemple établi par Haïti sur la façon de faire des recommandations. Nous souhaitons souligner que l'EPU est un mécanisme universel, où toutes les recommandations sont utilisées pour améliorer la situation des droits de l'homme sur le terrain, quel que soit l'État qui formule les recommandations. Ce grand leadership démontré par Haïti permet une surveillance, des rapports et une responsabilisation accrus des cycles précédents.